Les chercheurs se penchent sur le manque de ressources énergétiques dans les pays en développement

Publié le 2012-10-26 10:57:48 | French. News. Cn
Taille du texte

VIENNE, 25 octobre (Xinhua) -- Le manque de ressources énergétiques et l'incapacité à surmonter les catastrophes naturelles sont deux problèmes essentiels auxquels sont confrontés les pays en développement, ont conclu jeudi les participants d'une conférence scientifique.

Les chercheurs participant à la conférence de l'Institut pour l' analyse des systèmes appliqués (IIASA) à Vienne ont déclaré que 600 millions de personnes en Afrique sub-saharienne et en Asie du Sud n'avaient actuellement aucun accès à l'électricité.

La directrice des recherches du Programme sur l'énergie (ENE) de l'IIASA, Shonali Pachauri, a déclaré qu'une alimentation électrique suffisante permettrait d'alléger la charge financière des gouvernements concernés, et serait une clé pour lutter contre la pauvreté.

"En Inde un approvisionnement énergétique suffisant d'ici à 2030 permettrait d'économiser 600 à 700 millions de dollars par an ", a-t-elle dit.

De nombreux foyers en Inde utilisent toujours du kérosène pour s'éclairer, ce qui coûte au gouvernement un milliard de dollars par an, a-t-elle ajouté.

Le professeur d'ingénierie mécanique à l'université de Sierra Leone Ogunlade Davidson a déclaré que davantage d'institutions d' enseignement supérieur seraient nécessaires pour soutenir les régions affectées face à ce problème.

"Le cercle vicieux entre le manque d'énergie, le manque de productivité et la pauvreté doit être brisé", a-t-il dit.

La directrice du Programme de l'IIASA sur les risques, les politiques et les vulnérabilités, Joanne Linnerooth-Bayer a déclaré que davantage d'argent devrait être investi pour la prévention des catastrophes, ce qui pourrait économiser jusqu'à trois quarts des coûts en cas de catastrophe.

L'aide internationale après une catastrophe intervient généralement trop tard et elle est insuffisante pour couvrir les coûts, puisqu'elle fournit en général 10% environ des fonds nécessaires sur le site de la catastrophe, selon cette experte.

La conférence de l'IIASA rassemble pour trois jours des experts et personnalités scientifiques ou politiques éminents pour discuter des solutions aux problèmes mondiaux, et elle doit s' achever vendredi.

Imprimer RSS S'abonner Google Yahoo
Partager Facebook Twitter
Contactez-nous Retour en haut de la page