L'UE n'a pas d'autre option que de dialoguer avec les talibans, affirme le haut représentant du bloc pour les affaires étrangères

French.xinhuanet.com|Publié le 2021-09-15 à 03:08
Video PlayerClose

BRUXELLES, 14 septembre (Xinhua) -- L'Union européenne (UE) n'a pas d'autre option que de discuter avec le régime taliban en Afghanistan si elle souhaite influencer les événements dans ce pays, a déclaré mardi le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell.

Toutefois, M. Borrell a souligné lors d'un débat en session plénière au Parlement européen à Strasbourg en France que ce dialogue ne signifiait pas une reconnaissance.

Qualifiant de "tragédie" les événements survenus cet été en Afghanistan, M. Borrell a souligné que le dialogue était une priorité pour l'UE pour continuer de protéger autant de personnes que possible.

"Pour avoir une quelconque chance d'influencer les événements, nous n'avons pas d'autre option que de dialoguer avec les talibans. Le dialogue ne signifie pas la reconnaissance. Non, dialoguer signifie parler, discuter, et tomber d'accord lorsque c'est possible", a-t-il dit.

En ce qui concerne la situation sur le terrain en Afghanistan, M. Borrell l'a qualifiée de "dramatique", ajoutant que la Commission européenne avait quadruplé son aide en faveur de ce pays, qui est passé de 50 à 200 millions d'euros.

L'UE souhaite aider tous ceux qui souhaitent quitter le pays, qu'il s'agisse de ressortissants européens ou d'Afghans exposés à un risque, a-t-il indiqué.

"Notre priorité initiale portait sur les évacuations. Les efforts de l'UE pour assurer une protection aux Afghans qui en ont le plus besoin sont importants, mais insuffisants et nous devons continuer. La crise afghane n'est pas terminée", a-t-il dit. Fin

Vous avez une question, une remarque, des suggestions ? Contactez notre équipe de rédaction par email à xinhuanet_french@news.cn
010020080790000000000000011100001310187898