(COVID-19) France : le gouvernement annonce la fermeture des discothèques en raison de la forte circulation du virus

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-12-07 à 05:59

PARIS, 6 décembre (Xinhua) -- Le Premier ministre français Jean Castex a annoncé lundi une série de mesures pour freiner l'épidémie de COVID-19, en forte progression sur le territoire depuis plusieurs jours.

Parmi ces mesures, prises lors d'un conseil de défense sanitaire tenu à la mi-journée, figurent la fermeture des discothèques et le renforcement du protocole sanitaire à l'école.

"Nous fermerons les discothèques pour une durée de quatre semaines à compter de vendredi jusqu'en début janvier", a annoncé, en conférence de presse, le Premier ministre Jean Castex, en compagnie de son ministre de la Santé Olivier Véran.

Le chef du gouvernement français a justifié cette décision par la flambée de l'épidémie qui commence désormais à peser sur les hôpitaux. "Nous le faisons parce que le virus circule beaucoup chez les jeunes, même vaccinés. Parce que le port du masque est extrêmement difficile dans ces établissements (discothèques)", a-t-il expliqué.

Le gouvernement a également décidé pour les mêmes raisons de renforcer le protocole sanitaire à l'école primaire, en le rehaussant au niveau 3. "La transmission du virus, on le voit, s'est un effet fortement accéléré chez les enfants de moins de 12 ans, car cette catégorie d'âge ne peut pas encore être vaccinée", a dit le Premier ministre français.

Ce renforcement du protocole entraine le port obligatoire du masque dans les cours de récréation, restriction des sports collectifs avec contacts et la limitation du brassage à la cantine. "Nous maintiendrons notre politique de dépistage systématique de tous les élèves, s'il y a un cas positif dans la classe, et de fermeture de classe au bout de trois cas positifs", a-t-il indiqué.

Jean Castex a annoncé dans la foulée l'ouverture de la vaccination des enfants de 5 à 11 ans, les plus fragiles au 15 décembre prochain. Et il a appelé toutes les entreprises qui le peuvent à encourager le "télétravail", de "deux à trois jours".

Concernant les manifestations et évènements extérieurs comme les marchés de Noël, les protocoles vont évoluer sous le contrôle des préfets. Et les conditions seront "strictement encadrées et réservées à des zones soumises au contrôle du passe sanitaire".

Les hôpitaux commencent à monter en pression, mais l'heure n'est pas à des mesures de jauges, de couvre-feu ou de confinement, "ce serait disproportionné", a dit Jean Castex. "En revanche, poursuit le chef du gouvernement, les circonstances exigent un effort individuel et collectif pour que chacun limite les occasions les plus à risques de se contaminer".

Cet effort "individuel et collectif" est plus que jamais nécessaire pour freiner la cinquième vague qui continue de déferler sur le territoire national avec un taux d'incidence supérieur à 400 cas pour 100 000 habitants, a indiqué le ministre français de la Santé, Olivier Véran.

"Un nouveau patient rentre en réanimation toutes les dix minutes en France. Plus de 12 000 malades sont actuellement hospitalisés, avec un rythme d'admission de presque un malade chaque minute dans notre pays", a-t-il expliqué.

A cette forte progression de l'épidémie et la pression sur les hôpitaux, s'ajoute la menace du nouveau variant Omicron. Désormais 25 cas de ce variant Omicron sont identifiés en France (21 sont des cas importés et les 4 autres cas sont des transmissions inter-humaine sur le sol français, selon M. Véran.

Le ministre de la Santé a annoncé le renforcement de la stratégie du "tester, tracer, isoler" mis en place pour, dit-il, "freiner la diffusion de ce variant Omicron qui n'est pas en cause dans la cinquième vague, mais nous ne voulons pas connaitre de vague dans la vague". Fin

 
Vous avez une question, une remarque, des suggestions ? Contactez notre équipe de rédaction par e-mail à xinhuanet_french@news.cn

(COVID-19) France : le gouvernement annonce la fermeture des discothèques en raison de la forte circulation du virus

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-12-07 à 05:59

PARIS, 6 décembre (Xinhua) -- Le Premier ministre français Jean Castex a annoncé lundi une série de mesures pour freiner l'épidémie de COVID-19, en forte progression sur le territoire depuis plusieurs jours.

Parmi ces mesures, prises lors d'un conseil de défense sanitaire tenu à la mi-journée, figurent la fermeture des discothèques et le renforcement du protocole sanitaire à l'école.

"Nous fermerons les discothèques pour une durée de quatre semaines à compter de vendredi jusqu'en début janvier", a annoncé, en conférence de presse, le Premier ministre Jean Castex, en compagnie de son ministre de la Santé Olivier Véran.

Le chef du gouvernement français a justifié cette décision par la flambée de l'épidémie qui commence désormais à peser sur les hôpitaux. "Nous le faisons parce que le virus circule beaucoup chez les jeunes, même vaccinés. Parce que le port du masque est extrêmement difficile dans ces établissements (discothèques)", a-t-il expliqué.

Le gouvernement a également décidé pour les mêmes raisons de renforcer le protocole sanitaire à l'école primaire, en le rehaussant au niveau 3. "La transmission du virus, on le voit, s'est un effet fortement accéléré chez les enfants de moins de 12 ans, car cette catégorie d'âge ne peut pas encore être vaccinée", a dit le Premier ministre français.

Ce renforcement du protocole entraine le port obligatoire du masque dans les cours de récréation, restriction des sports collectifs avec contacts et la limitation du brassage à la cantine. "Nous maintiendrons notre politique de dépistage systématique de tous les élèves, s'il y a un cas positif dans la classe, et de fermeture de classe au bout de trois cas positifs", a-t-il indiqué.

Jean Castex a annoncé dans la foulée l'ouverture de la vaccination des enfants de 5 à 11 ans, les plus fragiles au 15 décembre prochain. Et il a appelé toutes les entreprises qui le peuvent à encourager le "télétravail", de "deux à trois jours".

Concernant les manifestations et évènements extérieurs comme les marchés de Noël, les protocoles vont évoluer sous le contrôle des préfets. Et les conditions seront "strictement encadrées et réservées à des zones soumises au contrôle du passe sanitaire".

Les hôpitaux commencent à monter en pression, mais l'heure n'est pas à des mesures de jauges, de couvre-feu ou de confinement, "ce serait disproportionné", a dit Jean Castex. "En revanche, poursuit le chef du gouvernement, les circonstances exigent un effort individuel et collectif pour que chacun limite les occasions les plus à risques de se contaminer".

Cet effort "individuel et collectif" est plus que jamais nécessaire pour freiner la cinquième vague qui continue de déferler sur le territoire national avec un taux d'incidence supérieur à 400 cas pour 100 000 habitants, a indiqué le ministre français de la Santé, Olivier Véran.

"Un nouveau patient rentre en réanimation toutes les dix minutes en France. Plus de 12 000 malades sont actuellement hospitalisés, avec un rythme d'admission de presque un malade chaque minute dans notre pays", a-t-il expliqué.

A cette forte progression de l'épidémie et la pression sur les hôpitaux, s'ajoute la menace du nouveau variant Omicron. Désormais 25 cas de ce variant Omicron sont identifiés en France (21 sont des cas importés et les 4 autres cas sont des transmissions inter-humaine sur le sol français, selon M. Véran.

Le ministre de la Santé a annoncé le renforcement de la stratégie du "tester, tracer, isoler" mis en place pour, dit-il, "freiner la diffusion de ce variant Omicron qui n'est pas en cause dans la cinquième vague, mais nous ne voulons pas connaitre de vague dans la vague". Fin

010020070770000000000000011100001310355578